dimanche 2 août 2015

Tiré du Gorafi

- Le Ministre de l’Emploi François Rebsamen a annoncé son nouveau projet : « Les immigrés aussi contribuent à la richesse de la France, et il est important de leur accorder parfois certains droits. C’est pourquoi le gouvernement veut leur permettre d’embaucher des réfugiés pour tout ce que les immigrés ne font plus. » 
Deux objectifs :
*Régler le problème des réfugiés
François Rebsamen veut faire d’une pierre deux coups, et régler par cette mesure le problème des réfugiés sans travail : « Il faut que les réfugiés arrêtent de flâner toute la journée, en jouant au ballon ou en sifflant les filles, avec tout le soutien des associations. Ce n’est pas l’idée que je me fais de la France. Notre pays est une terre d’accueil, mais aussi une terre de travail. »
*Un contrat « à la confiance »
Le Ministre a précisé que les immigrés pourront embaucher les réfugiés sous un régime spécifique : « Les réfugiés pourront être embauchés et licenciés quand on le souhaite, car le Code du Travail français ne s’appliquera pas dans leur situation. On pourra les payer en euros, ou en fruits et légumes selon l’humeur du recruteur. Une cagette de bananes peut faire l’affaire par exemple, pour une semaine de nettoyage. Nous visons la simplicité et les contrats à la confiance, pour alléger les procédures administratives. »
AA : mais nous sommes tous des immigrés, plus ou moins récents certes... Et nous sommes également, pour la plupart, d'ex-réfugiés : Valls de Catalogne, Le Pen de Bretagne, Hollande de Corrèze, Sarkozy de Hongrie...

L’ancien président de la République et actuel président des Républicains a expliqué lors d’un point de presse qu’il mentait « nettement mieux » que les autres années. Nicolas Sarkozy a ainsi souligné qu’auparavant sa façon de mentir avait pu lui être dommageable car « mal construite, moins aboutie », ce qui pouvait aboutir à des mensonges très moyens. « J’ai senti que les Français avaient moins confiance en moi, mes mensonges prenaient moins que ceux de M. Hollande ». L’ancien président a félicité par ailleurs François Hollande pour sa façon de mentir. « Je mens depuis mon entrée en politique, je pensais être le meilleur mais il m’a vraiment impressionné ». Mais Nicolas Sarkozy se sent désormais d’égal à égal avec le Président de la République. « Les Français vont voir que je mens vraiment mieux et que mes mensonges sont quand même plus crédibles que les siens » a-t-il conclu. « J’vous jure, je vous dis la vérité ».  
AA : NS ment mieux indubitablement, mais FH a encore 18 mois pour le battre...

À peine sorti de la polémique sur la nouvelle utilisation du 49-3, Manuel Valls a annoncé ce matin la création d’un jeu-concours ouvert à tous les Français où le vainqueur gagnera le droit d’utiliser le 49-3 à des fins personnelles.
La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Cette opportunité de privilégier le 49-3 pour n’importe quelle raison fait déjà l’unanimité au sein du pays et réconcilie les Français avec son gouvernement comme le résume Patrick, chauffagiste à la retraite : « Avec ce concours, on réalise tous que le pouvoir c’est surtout énervant quand on ne l’a pas.». Selon un sondage TNS/Sofres, en moins de 24 heures la popularité du président François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls est remontée de plus de 10 points.
A midi, plus de 2 millions de Français se sont déjà rués dans leur bureau de tabac pour tenter leur chance, comme Lucas, 18 ans, élève en Terminale : « Si je gagne le 49-3, je pense que je forcerais mes profs à me donner le bac». Ou encore Ghislaine, 49 ans, au chômage : « Sans aucune hésitation, j’obligerais Pôle Emploi à examiner mon dossier qui est en attente depuis presque un an.». Même l’ancien président Nicolas Sarkozy est allé jouer, précisant que, s’il gagnait le gros lot, il utiliserait le 49-3 pour avoir le droit d’utiliser le 49-3 à volonté.
Néanmoins, des psychologues s’élèvent contre cette mesure qu’ils jugent « risquée.» Le Dr. Malard nous explique : «Il faut être extrêmement prudent, car après un tel gain éphémère, il est possible que le gagnant se laisse aveugler par l’illusion du pouvoir et se mette à faire n’importe quoi, comme prendre un jet privé pour aller voir un match de foot, se présenter aux présidentielles de 2017, ou encore draguer des actrices.»
AA : je n'ai plus trouvé de billet, mon marchand de journaux a été dévalisé par le maire d'Hénin-Beaumont qui a raflé tous les billets. Il aurait fait de même partout dans la ville... A suivre de près !

samedi 1 août 2015

Conversations intimes

Nicolas et Carla :

- Carla : que veux-tu faire, ce week-end, mon chéri ?
- Nicolas : regarder BFMTV, on y voit plein de bouchons et les Français, qui sont empêtrés dedans, râlent. J'aime bien quand les Français râlent : ils en veulent à Hollande, "moi, je"...
- C : c'est pas bien de te moquer de ton successeur, mon chéri...
- N : c'est quand même lui qui me harcèle avec toutes ces affaires qu'il me colle au c.. ! Bettencourt, sondages, écoutes, comptes de campagne, Bygmalion, favoritisme... Tous les jours, je découvre que je vais être encore mis en examen...
- C : abandonne la politique, mon minou...
- N : et qu'est-ce que je vais faire ? Je ne sais rien faire d'autre ! Des conférences à 100 000 dollars ? J'en ai marre, je raconte toujours la même chose...
- C : tu pourras t'occuper de moi...
- N : oh non ! Enfin, je veux dire : et mes meetings ? Je vais quand même pas laisser la place à Juppé ! Je m'occuperai de toi, après...
- C : après quoi, mon amour ?
- N : si je ne gagne pas en 2017 par exemple. Ou après 2022, si je gagne en 2017... Tu verras, ton Nico va t'apporter plein de bonheur, ma Carla...

François et Julie :

- Julie : je t'ai bien vu, François. Sur la photo, dans le JDD, tu serrais de bien prêt, ta Ségo ! Tu veux qu'elle te fasse encore un enfant... dans le dos ?
- François : mais non, tu te trompes, ma Julie... C'est son parfum, il me rappelle tellement le tien...
- J : eh bien, si c'est comme cela, je vais changer !
- F : tu vas me quitter ?
- J : mais non ! Je vais changer de parfum... Au fait, elle mettait quoi comme parfum, Valérie ?
- F : Chanel n°5, je crois !
- J : donc, tu nous as offert à toutes les 3 le même parfum ! Je rêve...
- F : mais tu sais que j'ai des prix chez Chanel depuis longtemps. J'ai fait l'ENA avec le directeur actuel...
- J : François, tu vas m'épouser et je vais changer de parfum !
- F : ma chérie, on va attendre 2017... Je ne sais pas si j'aurai encore un job à ce moment-là et il vaut mieux économiser pour le cas où...

Jean-Marie et Marine :

- Jean-Marie : maintenant, ça suffit, Marinou. Je suis ton père, le président d'honneur du FN que j'ai fondé, et le grand-père de Marion qui a une grande destinée devant elle...
- Marine : et qu'est-ce qui suffit, Père fondateur ?
- JM : tout ! Ton Philippot, tu vas le renvoyer chez Chevènement. Ton Loulou d'Alliot, tu le vires. Et je deviens vice-président du parti, chargé des élections de 2017 !
- M : Notre Père qui avait 87 ans, je gère les affaires du FN comme je l'entends !
- JM : voyez-vous cela ! Elle marine depuis peu à la présidence que j'ai bien voulue lui céder. Elle s'entoure d'invertis notoires, d'un conseiller d'origine probablement polonaise, parce que Philippot, tout le monde a compris que son vrai nom, c'est Filipovitch... Sans parler des amis juifs de son loulou !
- M : moi Monsieur, j'ai fait monter le FN là où il n'a jamais été ! J'ai dédiaboliser un parti qui était pointé du doigt par tous !
- JM : bon, ça suffit. En 2017, j'exige que ce soit Marion qui soit candidate ! Avec son Collard d'ami et sa jeunesse, elle va tout faire péter, la petite...
- M : en tout cas, ce sont les adhérents qui choisiront et pas un vieux gâteux qui tient à peine debout...

vendredi 31 juillet 2015

Souvenirs et divagations...


Le Conseil constitutionnel annoncera ce jour si l'interdiction de créer en France de nouveaux gallodromes pour y organiser des combats de coqs est ou non conforme à la Constitution. Selon la réponse, la tradition des combats de coqs, toujours vivante mais encadrée et limitée à certaines régions françaises, pourrait être relancée ou appelée à s'éteindre dans les prochaines années.
Source : Le Point. Tout cela pour vous raconter mon expérience en la matière. Je rappelle que, pendant un temps, Béthune était associée à la ville mitoyenne de Verquigneul. J'apprends qu'un combat de coqs est prévue dans cette dernière commune. Je m'en offusque, râle, écris, tempête contre cette tradition d'un autre âge... alors que les "gallophiles" m'objectent que cela relève d'une "tradition ininterrompue" (jurisprudence constante pour justifier que les combats de coqs puissent encore avoir lieu). Je saisis le Préfet soulignant que Verquigneul est devenue Béthune et qu'il y a fort longtemps qu'il n'y a plus de combat de coqs à Béthune et que la tradition a donc été interrompue... Je me souviens encore de ce moment délicieux où le maire, J. Mellick, vint m'annoncer, dans une manifestation que, finalement, en accord avec le Préfet, il avait décidé de renoncer à la lutte entre gallinacées... Bon, il n'y avait pas de corrida à Béthune, sinon, j'en aurais fait un cheval de bataille, comme je le fis un peu plus tard avec le rallye automobile de Béthune, où tous les ans, il y avait des victimes parmi les spectateurs (quelques morts et de nombreux blessés). Je m'étais élevé publiquement contre cette pratique, ce qui me valut une réponse du président de l'organisation qui tenta de se justifier, via la presse, en me disant de me consacrer aux réunions de mes amis Verts (j'étais alors membre de ce parti) dont les disputes faisaient la une des journaux. Riposte ridicule après une nouvelle hécatombe, et l'épreuve fut interrompue. Sa reprise, ces dernières années, semble moins faire la une, ce qui signifie que des mesures de sécurité suffisantes ont été prises... Néanmoins la consommation ahurissante d'essence et de gas-oil comme les dégradations matérielles (chaussées, environnement) continuent...Nous verrons en septembre ce que donne le nouveau rallye...

Les maires UDI de Béthune et Auchel font planer l'incertitude quant à leur éventuel retrait de l' Agglo Artois Comm (Béthune-Bruay). Le premier a même émis l'idée de se rapprocher de l'Agglo Hénin-Carvin ! Rappelons qu'un des principes de l'intercommunalité, c'est la continuité territoriale... Bref, des petits jeux politiques pour animer l'été... Le maire précédent, Stéphane Saint-André avait lui aussi les yeux tournés ailleurs : il regardait l'Audomarois avec des yeux de Chimène (son père avait été maire de Saint-Omer...)...

A Hénin-Beaumont, la municipalité n'a plus de mots suffisamment forts pour chanter les louanges d'Hénin-Plage. Outre que cette manifestation existe depuis quelques années, partout on déverse du sable l'été, et seules 2 communes ont abandonné cet événement : Bully et Béthune. Cela coûte trop cher, disent-elles. C'est vrai qu'organiser des voyages en bus d'une journée vers la côte est une bonne alternative. Il existe également, plusieurs fois durant l'été l'opération TER-mer organisée par le Conseil régional et la SNCF (1 euro par personne...). Puisque la municipalité d'HB aime les fêtes, mais n'a pas beaucoup d'idées, suggérons-lui d'organiser une élection de Miss Hénin ou, encore plus original, de Monsieur Hénin... Quoique une Miss Bœuf ou Monsieur Bœuf ne serait pas mal non plus : cela rappellera comment, devant un journaliste, S. Briois nomma les habitants du quartier de Darcy : "les bœufs de Darcy"...

Hier, je suis passé au Congrès mondial d'Espéranto à Lille Grand-Palais. La langue du bon docteur Zamenhof était parlée par des congressistes de tous les pays du monde. Un bon lieu d'expérimentation pourrait être le Parlement européen, là où près d'un millier de traducteurs-interprètes opèrent... Vous imaginez : Le Pen, père et fille et Briois parlant espéranto, avec des collègues d'un autre bord, dans les couloirs du Parlement ou même, se disputant entre eux, au siège du parti à Nanterre ! 

jeudi 30 juillet 2015

De retour...

Après ces quelques jours d'interruption de publication sur mon blog (et Facebook), je suis heureux de pouvoir m'épancher à nouveau. Certes, ce ne furent pas des vacances, car, malheureusement, un deuil familial est intervenu...
Je vais donc continuer le "feuilleton"de ma vie politique, et aborder, bientôt, ma période héninoise. Je rappelle que je me concentre sur mes souvenirs personnels, mais comme je fus fortement impliqué dans les événements de ces dix dernières années (Dalongeville, FN, PS62, Soginorpa et Kucheida...), j'espère apporter un peu de piment dans la relation de cette période.
Pendant cette suspension, 400 à 700 lecteurs (soit une diminution de 50%) sont, quand même, venus, quotidiennement, consulter ce que j'avais pu écrire ces dernières années, ce qui prouve une certaine fidélité et j'en profite pour les en remercier...
Quelques réflexions sur ce qui s'est passé ces derniers jours, et que j'aurai probablement l'occasion de développer dans les semaines à venir...

A Hénin-Beaumont, la prise de possession sournoise de la ville continue : embauche de personnel "sympathisant" (à ce sujet, on raconte que le nombre de cartés FN parmi les agents municipaux est devenu important : intox ou réalité ?), toujours pas de projet (où en sont les priorités affichées par le FN, dans son programme électoral : rien sur les prêts toxiques toujours pas réglés, ni sur la télésurveillance, priorité des priorités...). Par contre, on communique beaucoup sur les manifestations festives, reprises de ce qui se faisait avant. Le maire se pavane à cheval (vu dans le magazine de propagande municipal, en voie de quasi-privatisation) et s'exhibe en maillot de bain dans une piscine avec des enfants. Sur ce dernier point, La Voix du Nord a cru bon de publier une photo de ce non-événement, ce qui a fait déraper le secrétaire de la section locale du PS, qui a tenu des propos très "limites" sur cette photo.... Quand est-ce que la population héninoise se rendra compte qu'elle a été dupée (et qu'elle l'est encore tous les jours) par le FN ? Encore, pour cela, faudrait-il que l'opposition fasse un travail méthodique d'explication sur le terrain... 

Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, région de 6 millions d'habitants, l'absence d'une liste d'union de toute la gauche conduira inexorablement, aux régionales de décembre, à un duel de second tour, opposant Xavier Bertrand à Marine Le Pen et qui devrait voir la victoire, au forceps, du premier nommé. De toute façon, en cas de victoire de sa liste, la fille Le Pen a déjà annoncé qu'elle suspendrait sa présidence pour préparer les présidentielles ! Elle ne l'a pas encore dit, mais elle annoncera également que, en cas de victoire en 2017, elle renoncera à la présidence régionale. Même duperie donc que celle précisée ci-dessus...

En France, le chômage continue d'augmenter, les agriculteurs manifestent un peu partout et les migrants, à Calais, essayent toujours de passer de l'autre côté du Channel. Dur, dur d'être Président !

Daech continue à massacrer Musulmans et Chrétiens, un peu partout dans le monde, sans que l'on prenne vraiment la mesure de ce qui pourrait déboucher sur une 3ème guerre mondiale... Pendant ce temps-là, Poutine continue de narguer le monde occidental, comme l'Iran, d'ailleurs, dont on ne peut penser qu'il a vraiment renoncé à l'arme nucléaire et qui promet toujours (et encore plus fort) l'anéantissement d'Israël. Quant à la Grèce, on ne pourra plus longtemps reculer l'heure de la faillite du pays...

ADDENDUM : concernant la photo du maire d'HB, je viens de lire dans La Voix de ce matin que le secrétaire de section, Stéphane Filipovitch, avait fait de "peu glorieux amalgames" et le journal ajoutait "Comme un parfum de bourde stratégique"... Malgré la sévérité de cette critique, il faut admettre qu'elle est justifiée... Mais qui est le premier responsable de ce dérapage ? Le quotidien régional doit également se poser des questions sur l'opportunité d'avoir publié la photo.
C'est cette double responsabilité que j'évoquais quand j'ai rédigé ce post.

mardi 21 juillet 2015

Info


Je ne serai pas en mesure, de publier des posts, pendant les jours prochains. Ce sera la première fois, en huit années, que je suspendrai le présent blog.
Je reprendrai le 30 juillet. Néanmoins, les commentaires pourront être validés et je me réserve la possibilité d'y ajouter, éventuellement, les miens.

A bientôt

Dialogues d'hier et d'aujourd'hui.


Rencontre entre Chaplin et Einstein :
« Ce que j'admire le plus dans votre art, » dit Albert Einstein, « c'est votre universalité.
Vous ne dites pas un mot, et pourtant... le monde entier vous comprend. »
« C'est vrai, » réplique Chaplin. « mais votre gloire est plus grande encore :
Le monde entier vous admire, alors que personne ne vous comprend.»

Pastiches :

Nicolas Sarkozy à Hollande : "Ce que j'admire chez vous, c'est votre humour. 
Tout le monde pense que vous en avez, alors que ce n'est que de l’esbroufe"
Hollande réplique : Votre esbroufe est supérieure, mon cher, car votre bling-bling et vos gesticulations sont universellement reconnus"

Bernard Tapie à JM Le Pen : " Ce que j'admire chez vous, c'est votre slogan : "Tête haute, mains propres". On entend plutôt dire : "Tête basse, mains sales"". Ah ! L'héritage !
JMLP à Bernard Tapie : Moi, je ne sais pas ce que j'aurais fait si l'on m'avait octroyé, de façon étonnante 400 millions d'euros. Je serais peut-être allé faire un tour en Suisse... Ah! L'arbitrage !

lundi 20 juillet 2015

Lettre au Procureur de la République de Béthune


Monsieur le Procureur,

Je me permets, en tant que citoyen héninois, de porter à votre attention, ma perplexité face à la situation suivante.
Monsieur Gérard Dalongeville a été condamné le 19 août 2013 par le tribunal correctionnel de Béthune à quatre ans d'emprisonnement, dont trois ferme, à cinq ans d'inéligibilité et à 50.000 euros d'amende, pour détournements de fonds publics, délits de favoritisme et usages de faux, au préjudice de la commune d'Hénin-Beaumont dont il a été maire de 2001 à 2009.
Il avait fait appel de cette décision, mais s'en est désisté en novembre 2014. Ayant appris que Monsieur Dalongeville enseignait désormais la gestion à l'Institut régional d'enseignement technique supérieur (IRTS) de Saint-Quentin, je marque mon étonnement devant la non-application du jugement de votre tribunal. 
J'aurais souhaité connaître comment vous envisagez la mise en oeuvre de la condamnation du sieur Dalongeville, compte tenu des 9 mois de détention préventive qu'il a déjà effectués. 
Je vous remercie, à l'avance, de votre réponse et vous prie de recevoir mes respectueuses salutations.

Le 20/7/2015
Alain Alpern


PS : j'écris, par courrier séparé, à Monsieur le Procureur de la République auprès de la Cour d'appel de Douai pour m'enquérir de l'application des peines prononcées par la cour concernant les autres protagonistes de l'affaire qui avaient fait appel du jugement prononcé à Béthune et qui furent condamnés à Douai, il y a plus de 6 mois. 

dimanche 19 juillet 2015

Propos d'un râleur...

Ce qui suit n'est pas politique, quoique...
J'ai déjà eu l'occasion de râler à plusieurs reprises sur ce blog (voir les posts des 7/1, 27/1, 26/3 de l'année 2010 et aussi celui du 23/11/2013), mais si vous saviez comme cela fait du bien de se lâcher parfois... 
De 2008 à 2013, j'ai volontairement vécu sans voiture. Des raisons écologiques et économiques ont été à l'origine de cette décision. Bien sûr, je continuais à conduire les véhicules des uns (des unes en particulier...) et des véhicules de location. Je me rendais à Lille, Lens et Béthune, mes destinations les plus fréquentes, en train, voire en bus. Les circonstances de la vie ont fait que j'ai dû acheter un véhicule, d'occasion bien sûr (beaucoup de kilomètres au compteur, pas très confortable...) mais suffisant pour faire mes 1000 km par mois, grand maximum... Et je râle, que dis-je, je peste même ! 
Avant de passer à ce qui est le summum de mon désespoir (!) d'automobiliste, laissez-moi déverser ma bile sur l'iniquité, voire même l'injustice qui règne dans le monde automobile...
Je n'en peux plus, en ces jours d'été, d'entendre la musique à tue-tête déborder des véhicules aux vitres ou capotes baissées ! Je hais ces automobilistes qui, au feu vert, démarre avec un temps de retard tel que vous vous payez le feu au rouge... Les mêmes chauffeurs qui, à l'abord d'un rond point bien dégagé avec visibilité complète sur l'absence de circulation à gauche, ralentissent, voire s'arrêtent avant de s'engager... Que dire d'une "prune" que j'ai prise au Touquet, un soir d'hiver, parce que, par temps de pluie, à 18h30, j'ai stationné en front de mer, désert à cette heure-là, parce que je n'avais pas payé pour les 30 minutes qui restaient jusqu'à l'heure limite avant gratuité. J'ai dénoncé  cela, sans succès et sans réponse, auprès du maire. Je hais Monsieur Fasquelle, député-maire du Touquet et trésorier du parti de Sarkozy... comme je hais le député-maire d'Hénin-Beaumont, vice-président de son parti, dont les policiers municipaux m'ont averti, il y a un mois, que j'allais recevoir une contravention pour absence de disque de stationnement : sauf qu'il n'y a pas de panneau indiquant qu'il faille apposer un disque et même si l'on en trouvait un (on ne sait jamais), personne ne sait combien de temps on est autorisé à stationner (dixit les policiers municipaux que j'ai interrogés...). Vous voyez bien que ce post est politique... Enfin je m'en voudrais de ne pas mentionner ici l’iniquité dont se sentent frappés mes collègues (et moi-même, bien sûr) alors que nous faisons tout pour respecter les règles du code de la route et que nous sommes dépassés par des fusées, des motos veux-je dire, qui violent les vitesses limites et les lignes continues, sans jamais être verbalisés, dixit eux-mêmes...

Et justement, je voudrais aborder ici la raison de mon ire actuelle. Je vais devoir assister à mon 4ème stage de permis à points pour récupérer 4 de ces malheureux points. 2 stages avant ma période "sans", et deux, ces 2 dernières années... Record probablement. Je n'avais eu jusqu'à présent que des "punitions" pour légers dépassements de vitesse (un point le plus souvent), mais je viens de perdre 7 points en peu de temps (et il ne m'en reste plus que 3...): un nouveau stop ayant été installé à Noeux à un endroit où je passe souvent, je ne l'ai pas vu... Pan ! 3 points en moins ! Mérité, bien sûr. Nouvelle surprise, il y a quelques jours, j'aurais brûlé un feu rouge à un passage à niveau à Saint-Laurent Blangy... Surprenant (il n'y avait probablement pas de barrière...), mais mérité encore une fois au regard de la loi. Je ne conteste pas les infractions, ni les points enlevés, car je suis partisan de la plus grande sévérité en matière de circulation routière. Mais je suis contre l'arnaque financière des stages de récupération de points. Lors de mon deuxième stage, j'ai démontré, chiffres à l'appui, aux autres stagiaires et aux 2 formateurs, que les sociétés organisatrices se faisaient un maximum d'argent (si encore l'état remplissait ses caisses, même pas !). 250 euros (moins cher en été) par stagiaire pour une quinzaine de personnes, soit 3750 euros pour les 2 jours. Frais : les formateurs (qui n'ont pas démenti mes estimations) : 400 euros pour les 2 jours. Amortissement du matériel (vidéo-projecteurs par exemple) et frais administratifs (inscriptions) : 150 euros au maximum. Pas de frais de location de salle parce que ces stages ont lieu dans des hôtels-restaurants, en périphérie de villes, et que la grande majorité des stagiaires mangent sur place et l'on comprend que la location soit gratuite...  C'est donc plus de 3000 euros que les organisateurs récupèrent... Il y a près de 16 000 stages organisées par an en France, soit une manne de 50 millions d'euros annuellement. Les stagiaires ont payé en général des amendes, casquent leur inscription au stage, plus les repas et les frais de route... sans parler des jours de congé pris pour participer aux 2 jours.  Un stage d'une journée organisée en sous-préfecture par des formateurs salariés de l'Etat : ne serait-ce pas une solution moins onéreuse pour les "délinquants", déjà sanctionnés pour les infractions commises ? 
Je m'adresse par courrier séparé aux parlementaires que je connais pour qu'une question écrite (ou orale) soit posée au gouvernement sur les coûts exagérés de ces stages...