lundi 25 mai 2015

Racisme et machisme : rien ne change !

« Dans un pays musulman comme la France, il n’est pas normal qu’il y ait encore des Français qui rejettent l’islam, il faudrait que l’éducation nationale instaure dans ses programmes les principes coraniques pour y habituer les Français dès le plus jeune âge. Autoriser le voile, apprendre des passages du Corans (sic) et la culture musulmane. Voilà ce dont a vraiment besoin la France. Après tout il ne faut pas oublier que contrairement au christiannisme, l’islam est compatible avec la démocratie ! » Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, 12 juillet 2006, sur les plateaux (sic) de RTL.
Ce texte vous paraît absurde ? A moi aussi et à beaucoup d'autres, quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir de l'action et de la personne de la ministre. Or ce texte circule actuellement sur Internet laissant place aux commentaires les plus haineux et... orduriers. 

Vous pourrez consulter sur le lien suivant la démonstration de l'absurdité de ces faux propos : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/05/04/nouvelle-intox-visant-najat-vallaud-belkacem_4627179_4355770.html#thJa5PhbKvGh6tGl.99
Sur Facebook, cela donne comme commentaires : 
On marche sur la tête !
Quelle dégage !
- Déclaration qui fait vraiment réfléchir !!! Inadmissible de la part d'un ministre. Je suis un Français... Scandalisé !!!
Virez le singe......
- pouffiasse point!
- Qu' on la rase et la mette sur l echaffaud....
- Une seule balle suffit..pfeuuuu
etc
Et après que le "hoax"ait été dévoilé (l'article du Monde), celui qui a publié la "citation" conclut d'un magistral : "On s'en fiche dehors cette conne !"
Pourquoi cette c... ? NVB est intelligente et convaincue, donc le contraire de ce que signifie le mot « c… ». Certains me diront que, s'agissant d'une femme, sa ténacité fait flipper les hommes. D'autres, que des relents racistes imprègnent ces commentaires. Je ne sais, mais cela me rappelle fort les commentaires racistes contre Taubira (une candidate FN a été condamnée pour avoir utilisé le terme "guenon" à son égard) et contre Simone Veil (la rescapée des camps de la mort qui a fait voter la loi sur l'avortement). Rien ne change... Racisme et machisme…


dimanche 24 mai 2015

Carnets du dimanche



Infos tirées du Monde 

- Figure du mouvement étudiant lors des événements de mai-68, Daniel Cohn-Bendit vient, à 70 ans, d'obtenir la nationalité française.
« Maintenant j'ai la double nationalité franco-allemande », s'est-il réjoui auprès de l'Agence France-Presse. « En Allemagne j'étais le plus Français des Allemands, en France le plus Allemand des Français », a-t-il estimé. 
L'ancien leader écologiste est né en 1945 à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, de parents juifs-allemands ayant fui le nazisme. Apatride pendant quatorze ans, il choisit ensuite la nationalité allemande « pour ne pas faire (son) service militaire ».
M. Cohn-Bendit devient Français quasiment 47 ans jour pour jour après avoir été expulsé du territoire pour « trouble à l'ordre public », le 21 mai 1968, en plein mouvement étudiant.
AA : le pied-de-nez serait que DCB se présente aux présidentielles en France et l’emporte… mais il a déjà annoncé qu’il ne serait pas candidat…

La Suède a remporté le 60e concours Eurovision de la chanson organisé samedi 23 mai à Vienne, en Autriche. Mans Zelmerlöwl succède à Conchita Wurst, la diva barbue autrichienne qui avait survolé le concours l'an dernier à Copenhague. Zelmerlöw offre ainsi une sixième victoire à la Suède dans cette compétition continentale, la première depuis 2012.
La Française Lisa Angell est arrivée 25e sur 27, avec 4 points. Le classement est établi par les votes des téléspectateurs et le choix des jurys des 40 pays de l'Union européenne de radiotélévision (UER) participant au concours.
AA : Pas grave, on gagnera l’Euro 2016 de foot…

Le groupe français Cemoi, spécialisé dans l’achat et la transformation de cacao, a ouvert lundi 18 mai, une chocolaterie à Abidjan. Une première pour la Côte d’Ivoire, première productrice mondiale de cacao.
Avec une production annuelle de 10 000 tonnes annoncée, l’usine construite sur une surface de 2 000 mètres carrés et d’un coût d’environ 4 milliards de francs CFA (6 millions d’euros) va produire de la poudre de cacao et de la pâte à tartiner pour le marché sous-régional. Elle emploiera une centaine de collaborateurs locaux.
AA : Et nous, et nous, qu’est-ce qu’on devient ? On est chocolat ?

- Les Irlandais ont dit oui, vendredi 22 mai, au référendum leur proposant d’amender la constitution de leur pays afin d’autoriser le mariage entre deux personnes de même sexe. L’issue du vote est une preuve de plus, selon la presse anglo-saxonne, que « l’un des pays les plus catholiques au monde » est en train de changer en profondeur.
AA : en France, on a le mariage pour tous, mais l’Eglise catholique, Civitas et la Manif pour tous ne sont pas d’accord. Et si l’on organisait un référendum pour leur clouer le bec ? 

samedi 23 mai 2015

On y va ou pas ?

Et dire que devant l'impuissance des pays, depuis des dizaines d'années, à trouver un accord, on attend, maintenant, la solution par les religions !



Pas de miracle pour le climat, des actes !

Le Monde.fr | 

Editorial.

Six mois. Il reste six mois pour préparer la 21e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Six mois pour dégager un accord universel entre 195 pays, dont l’objectif est de contenir la hausse des températures de la planète en deçà de 2 degrés. Pour la communauté internationale, le défi est considérable. Pour François Hollande, il ne l’est pas moins, et le président français ne manque plus une occasion de marteler son ambition de parvenir à un accord « ambitieux, global et contraignant ».
Or les négociations climatiques patinent. A ce jour, trente-huit Etats seulement ont rendu leurs « contributions nationales » – c’est-à-dire leurs engagements pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre –, et beaucoup sont considérées comme peu ambitieuses. C’est pourtant une étape obligatoire imposée lors des dernières sessions de négociation. La date butoir avait été fixée au 31 mars 2015. Les organisateurs évoquent désormais juin, peut-être septembre, voire fin octobre.

Le pape parle de « devoir de solidarité »
Quant aux discussions sur le Fonds vert, destiné à aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique, elles ne progressent guère. Ce fonds devait recevoir 100 milliards de dollars (90 milliards d’euros) par an d’ici à 2020. Pour l’heure, il n’a recueilli que la promesse de 10,2 milliards de dollars. Le président français et la chancelière allemande, Angela Merkel, dont les pays ont chacun mis sur la table 1 milliard de dollars, s’en sont inquiétés il y a quelques jours, lors du « Dialogue de Petersberg », à Berlin.
Dans ce contexte incertain – pour ne pas dire ce chemin de croix –, l’engagement des religions est aussi inédit qu’encourageant. En juin, le pape François doit publier une encyclique très attendue sur l’écologie, qui devrait insister sur le « devoir de solidarité » envers les générations futures et les pays en voie de développement. Sans attendre, les initiatives se multiplient. Jeudi 21 mai, des responsables chrétiens, musulmans, juifs et bouddhistes se sont réunis pour la première fois, lors d’un colloque au Sénat, afin de peser de tout leur poids dans le débat. Ils ont élaboré un texte œcuménique, « un plaidoyer pour le climat », qui devrait être remis à François Hollande le 1er juillet.
Aux Etats-Unis, la conversion des climatosceptiques se joue désormais dans les paroisses
Début mai, l’Eglise d’Angleterre a annoncé, après celle de Suède, qu’elle allait abandonner tout investissement dans le charbon et le pétrole de sables bitumineux, deux énergies parmi les plus émettrices de gaz à effet de serre. Aux Etats-Unis enfin, la conversion des climatosceptiques se joue désormais dans les paroisses, et les autorités religieuses viennent en renfort du président Obama, convaincu que le dérèglement climatique, avec son cortège de sécheresses historiques (comme en Californie), d’inondations et d’ouragans, met en cause la sécurité du pays.
Quant au monde économique, en dépit de sa responsabilité dans les émissions de carbone, il prend également la mesure du défi. Réunies à Paris durant trois jours, les grandes entreprises viennent d’exhorter les Etats à agir. Elles réclament la fixation d’un prix mondial du carbone et l’élimination progressive des subventions aux combustibles fossiles. Deux décisions qui divisent, en France comme ailleurs.
D’ici à la fin du mois de novembre, le temps est compté et les tergiversations ne sont plus de mise. Il n’y aura pas de miracle. Pour « sauver » la planète, il faut des actes.

vendredi 22 mai 2015

Jusqu'où iront-ils ?

L'impuissance règne parmi tous ceux qui voient dans l'expansion du mouvement terroriste une menace pour la paix dans le monde. "Tous ceux" signifient bien le monde entier, sauf à parier que certains gouvernements n'attendent qu'un clin d’œil pour se montrer conciliants voire coopératifs...
Du côté occidental, le souvenir de certaines interventions (Libye, Irak...) ne laissent que de mauvais souvenirs. Les Russes et les Chinois se disent que, pendant ces offensives, les USA et leurs alliés ne se préoccupent pas d'eux...
Quand la Syrie et l'Irak seront tombés aux mains de Daech, et en attendant la prochaine cible, quelle réaction envisager ? Tout cela ne sent pas très bon... 



Les conséquences de la chute de Palmyre
Le Monde.fr | 22.05.2015
Les ruines romaines de la cité antique de Palmyre, en 2010.
Les ruines romaines de la cité antique de Palmyre, en 2010. MOHAMED AZAKIR / REUTERS

L’Etat islamique (EI) élargit sa zone d’influence. Le groupe djihadiste s’est emparé jeudi 21 mai de la ville de Palmyre en Syrie. La chute de cette cité vieille de plus de 2 000 ans fait craindre pour ses ruines inestimables classées au Patrimoine de l’humanité, mais elle représente également une victoire significative pour le groupe terroriste dans la région.

·         La totalité de la ville aux mains de l’EI
« Les combattants de l’EI sont dans toutes les parties de Palmyre », a affirmé jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Après être parvenues une première fois à repousser les djihadistes en dehors de la ville, à la fin de la semaine dernière, les forces du régime syrien ont battu en retraite, mercredi, quittant massivement la localité. Les insurgés en ont profité pour s’emparer de la base aérienne, de la prison et des bâtiments des services de sécurité syriens, d’après l’OSDH. Jeudi, les djihadistes ont pénétré sur le site archéologique de la ville.
Des photos de Palmyre diffusées par l’EI montrent des camions détruits de l’armée, des carcasses d’avions à l’aéroport militaire et des cadavres sur le bord de la route.
Dès jeudi, les djihadistes auraient procédé à de nouvelles exécutions, selon l’OSDH. Au moins 17 personnes ont été tuées, et certaines décapitées, venant alourdir le bilan de la bataille pour la ville qui avait déjà fait au moins 462 morts, dont de nombreux civils. Un grand nombre habitants ont fui vers les villes de Homs ou Damas.

·         L’EI contrôle la moitié du territoire syrien
Pour l’Etat islamique, il s’agit d’une conquête décisive. C’est la première ville d’importance (70 000 habitants, centre et périphérie confondus) qu’elle prend aux forces du président Bachar Al-Assad. En s’emparant de la ville et de la vaste région désertique qui l’entoure, l’organisation djihadiste peut désormais revendiquer le contrôle de la moitié de la Syrie et menace Homs, la troisième ville du pays, en guerre depuis 2011.
La cité de Palmyre est également un verrou stratégique pour l’EI, puisqu’elle ouvre sur le grand désert syrien. L’EI a d’ailleurs pris dans la soirée de jeudi le contrôle du dernier point de passage entre la Syrie et l’Irak, situé à 240 km de Palmyre, selon l’OSDH. Les forces gouvernementales syriennes se sont retirées du poste-frontière d’Al-Tan – désigné sous le nom d’Al-Oualid côté irakien – dans la province syrienne de Homs. Contacté par l’agence de presse Reuters, un djihadiste de l’EI a confirmé cette prise.

·         L’impuissance de la coalition internationale
Malgré une campagne aérienne lancée depuis 2014 par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis pour contrer l’EI en Irak et en Syrie, les coups de force réalisés en huit jours par le groupe terroriste, à Ramadi, ville stratégique irakienne tombée dimanche, et à Palmyre, montrent les limites de cette stratégie.
Mardi, le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a tenté de relativiser les avancées consécutives et conséquentes de l’EI, en rappelant que M. Obama avait toujours expliqué que la lutte contre l’Etat islamique serait longue et qu’elle comporterait « des avancées » et « des reculs ».
Face aux percées inquiétantes de l’EI en Syrie comme en Irak, le gouvernement français a annoncé mercredi la tenue, le 2 juin, d’une réunion internationale à Paris. Selon une source diplomatique, vingt-quatre ministres ou représentants d’organisations mondiales y participeront, dont le secrétaire d’Etat américain, John Kerry.

jeudi 21 mai 2015

La haine de soi de Dieudonné

J'avais, il y a quelque temps, dévoilé les origines arabes de la famille Le Pen, et je n'en avais pas tiré de conclusions sur les positions qu'elles pouvaient produire vis-à-vis des Arabes et des Musulmans en particulier. Hier, par contre, j'ai lié l'hystérie antisémite d'Alain Soral à ses origines juives qu'il refoule et j'en avais conclu, comme l'a fait sa sœur, récemment, que son antisémitisme provenait de sa haine de lui-même.
Qu'en est-il de Dieudonné, aujourd'hui accroché aux basques d'Alain Soral ? Il y a longtemps que je suis l'évolution de cet homme. Si vous lisez l'article que lui a consacré Wikipedia, vous mesurerez l'incroyable vie de Dieudonné M'Bala M'Bala, à partir du moment où il est apparu sur la scène médiatique. En résumé, et pour montrer ses contradictions et reniements : il a formé un duo de qualité avec Elie Semoun (le noir et le juif se parodiant), il s'est battu contre le racisme et le FN, a assumé un temps son statut d'homme de gauche, puis s'est rapproché du Front National (JM Le Pen est le parrain d'une de ses filles), il a érigé ouvertement son antisémitisme (sous couvert souvent d'antisionisme) comme le fondement de sa pensée, il s'est rapproché des négationnistes (ceux qui nient la Shoah), de l'Islam, après l'avoir combattu. Enfin (mais ce n'est probablement pas terminé), il a lié son présent à celui d'Alain Soral, cet antisémite forcené et héraut de la théorie du complot américano-sioniste, lié au capitalisme et à la finance internationale... Sur l'encyclopédie numérique évoquée, vous retrouverez tout cela, dans l'article le plus long que j'ai jamais vu et accompagné de 810 notes et références !
Comme pour Le Pen et Soral, j'ai donc recherché les antécédents historiques qui pourraient expliquer la haine viscérale des Juifs chez Dieudonné. Sur Wikipédia, on ne trouve que ceci : "Dieudonné naît en 1966 d'une union entre Josiane Grué, sociologue française originaire de Bretagne, et Dieudonné Joseph M'Bala, expert-comptable camerounais originaire du village Ollama et de l'ethnie Ewondo".
On se rappellera que le Cameroun fut sous protectorat allemand de 1884 à 1922. 
C'est par le plus grand des hasards que je me suis intéressé au dessinateur français Gotlib à l'occasion d'une rétrospective qui lui était consacrée pour ses 80 ans, à Paris. Je rappelle que Marcel Mordekhaï1 Gottlieb, dit Gotlib (né le  à Paris) est un auteur de bande dessinée français. Il est surtout connu pour ses histoires humoristiques (Gai-LuronLes DingodossiersLa Rubrique-à-brac) et les nombreuses pages qu'il a publiées dans deux importants mensuels qu'il a créés dans les années 1970L'Écho des savanes et Fluide glacial. Eh bien, les Gottlieb (ils sont nombreux de par le monde) sont originaires de Hongrie et beaucoup sont passés par l'Allemagne avant de fuir, à l'époque du nazisme, vers la France ou les Amériques. Hier, je vous racontais l'histoire des ancêtres d'Alain Solal, ces Khazars juifs venus créer la Hongrie. Or, j'ai retrouvé trace d'un Gottlieb Joseph (Joseph comme ce prénom transmis dans la famille Soral, et qui fut le nom d'un roi khazar qui émigra en Hongrie !), soldat allemand qui était en service, dans le cadre du protectorat allemand, près de Ollama, village natal du père de Dieudonné. C'était au début du 20ème siècle, et on peut être à peu près sûr que ce Gottlieb Joseph eut une liaison avec une femme de cette ethnie Ewondo (encore importante aujourd'hui au Cameroun) et que, bien sûr, il y eut des enfants. Vous me direz : mais quel rapport entre les noms Gottlieb et Dieudonné ? Gottlieb signifie Dieu aimé en français. Et lorsque la France obtint un mandat de la SDN (ancêtre de l'ONU) sur une partie du Cameroun, on dégermanisa les noms et Dieu aimé devint Dieu donné, transformé en Dieudonné et l'on conserva le prénom de Joseph. Il est à peu près certain que Dieudonné Joseph M'Bala (M'Bala devant être le nom de famille de la femme séduite par le soldat allemand), le père du Dieudonné actuel, était le petit-fils né des amours entre un Allemand et une Ewondo du Cameroun ! Ainsi l'arrière-grand-père de Dieudonné M'Bala M'Bala était juif ! L'amitié que se porte Alain Soral et Dieudonné est probablement fondée sur leur origine hongroise, c'est sûr, et peut-être khazar, mais se sont-ils avoués que leurs ancêtres étaient juifs ? Peut-être pas... La tradition orale étant forte en Afrique centrale, Dieudonné sait, par son père, qu'il est un descendant de Joseph Gottlieb...
Faut-il également, comme pour Soral, estimer que l'antisémitisme de Dieudonné est une conséquence de cette haine de soi (certains parlent de l'antisémitisme des "Juifs honteux"). Cette haine du Juif s'est révélée très tard chez D : à la fin des années 1990. Ce qui pourrait signifier qu'elle aurait éclos quand son père lui a révélé ses origines. A méditer...

PS : seule l'histoire Khazar/Hongrie/Afrique de la famille de Dieudonné est le fruit de mon imagination... mais... 


mercredi 20 mai 2015

La haine de soi de Alain Soral


Alain Bonnet de Soral, dit Alain Soral est ce personnage antisémite (il se se dit antisioniste...) qui mêle tous les concepts (nationalisme, marxisme, socialisme, etc). Il raconte qu'il est "national-socialiste", il est contre le "rationalisme talmudo-sioniste". Son antisionisme est conspirationniste, a-t-on pu dire. Sa sœur, la comédienne, Agnès Soral, a écrit "qu'avec son antisémitisme, il a choisi un bouc-émissaire à son mal être".
Il a été condamné, à plusieurs reprises, pour des délits d'antisémitisme, dont celui d'avoir fait le geste de la quenelle devant le Mémorial de la Shoah. On le voit souvent avec Dieudonné, dont il serait l'inspirateur...
Voilà exposé succinctement le personnage tel qu'il est décrit un peu partout.
Il est assez étonnant que n'a pas été étudiée la thèse que je vais vous relater ci-dessous et qui me paraît pourtant la seule à expliquer les dérives d'Alain Soral.

Au VIème siècle de notre ère, une tribu semi-nomade, les Khazars s'établit aux abords de la Mer Caspienne et établit un royaume très puissant qui connut son apogée au IXème siècle. Ce peuple disparut dès le XIème siècle. Mais ce qui, dans notre contexte, est le plus important, c'est que les Khazars, sous l'impulsion de leur Roi, Bulan, en 838, se convertirent en grande majorité au judaïsme. La fin de ce royaume se traduisit par une émigration d'une partie de ces Juifs khazars qui auraient fondé avec l'aide d'un autre peuple, les Magyars, un pays qui allait devenir la Hongrie.
L'existence des Khazars est avérée historiquement ainsi que leur conversion au judaïsme. Certains historiens y ont vu là l'origine des Juifs ashkénazes, installés principalement en Europe de l'Est et en Europe centrale (par opposition aux Juifs séfarades originaires, pour faire simple, du pourtour méditerranéen). Cette origine des ashkénazes est controversée, mais elle a été popularisé par le livre du grand écrivain tchèque, Arthur Köestler, "la 13ème tribu".
Figurez-vous que des descendants du roi khazar, Joseph, s'établirent en Hongrie et fondèrent la ville de Sormas (conté de Zala), ville de 35 000 habitants aujourd'hui. Une famille particulièrement retiendra notre attention, celle qui prit le nom de Soras. Elle resta, dans ce qui devint la Hongrie, malgré les innombrables persécutions que les Juifs subirent. En 1848, année de la Révolution, la famille Soras émigra vers la Suisse, alors que les Juifs hongrois se virent émancipés en 1867 par le roi François-Joseph, mais les Soras n'en pouvaient plus de leur vie de misère et de malheurs. Tout cela fut raconté par un membre de la famille, prénommé Joseph, qui consigna l'histoire de la famille que les générations précédentes avaient transmises oralement. En Suisse, établi d'abord près de Lausanne, puis dans le Valais, la famille helvétisa son nom en Soral (1911). Quelques années plus tard, la tradition de mariage entre Juifs fut rompue et un autre Joseph Soral se maria avec une demoiselle Bonnet, catholique, qui, quelques années plus tard, se convertit au judaïsme. C'est cette famille Soral-Bonnet qui arrive en France après la guerre passée en Suisse, refuge pour de nombreux Juifs. La branche qui nous intéresse c'est celle qui prit le nom de Bonnet de Soral qui s'installa en Savoie où naquit le Alain Soral d'aujourd'hui, avant de s'installer à Meudon, mais la faillite du père, notaire, propulsa la famille à Grenoble, puis Annemasse et c'est alors que Alain Soral quitta le domicile familial et mener sa propre vie.
Ainsi Alain Soral a une origine juive qu'il a paru un moment supporter puisqu'il prit le nom de ses ancêtres juifs. Plus encore, il sembla renouer avec ses attaches en étudiant le Talmud et l'histoire du sionisme. Il a, depuis quelque temps, renié ses origines en sombrant dans un antisémitisme délirant. Il fait partie de ceux que les Juifs eux-mêmes appellent les "Juifs honteux" parce qu'ils sont critiques envers le judaïsme ou Israël... Ou tout simplement, et cela rejoint la réflexion de sa sœur :  Alain Soral a la haine de soi. Je ne sais si l'appellation "Juif honteux" est légitime (j'ai des doutes...), mais elle s'applique bien au cas d'Alain Soral...


PS : l'histoire de la famille Soral provient de mon imagination. Mais est-elle vraiment inventée ?

mardi 19 mai 2015

Le mal-être de Steeve Briois


J'apporte tout mon soutien à Octave Nitkowski, objet d'une nouvelle offensive de la part de S. Briois, maire d'Hénin-Beaumont, député européen, vice-président du FN. Fin 2013, S. Briois avait demandé à la justice de faire interdire son livre, «Le Front national des villes & le Front national des champs», pour atteinte à la vie privée. Il lui reprochait d'avoir révélé son homosexualité. La cour avait estimé qu’en raison de son statut de «personnalité politique de premier plan», «l’évocation de l’homosexualité de M. Briois et de la supposée influence de cette orientation sexuelle sur la politique du Front national», notamment dans le débat autour du mariage homosexuel, «est de nature à apporter une contribution à un débat d’intérêt général» et «prime sur le droit au respect de ce pan de sa vie privée».
La Cour d'appel avait demandé que soit retiré du livre le nom du compagnon de Briois, estimant qu'il ne s'agissait pas d'une personnalité politique de premier plan. Amusant quand on sait que cet élu héninois et régional est également un des conseillers les plus proches de M. Le Pen... 

Octave N avait estimé, devant la cour, que la position de M. Le Pen sur le mariage des homosexuels (elle n'avait pas participé, à la surprise générale, à la Manif contre le mariage pour tous et elle est restée «à la marge» et a eu une position «timorée», a-t-il déclaré) s'expliquait par le fait que plusieurs militants de l'entourage de la Présidente du FN sont gays. Argument repris ce lundi à l'audience du TGI de Paris, devant qui le maire d'Hénin réclamait 30 000 euros de dommages-intérêts. Le jeune étudiant de 17 ans (en seconde année de Sciences Po et de licence d'histoire), habitant de Rouvroy, a ajouté qu'il n'avait pas "révélé" l'homosexualité de SB, mais seulement "évoqué" un élément bien connu, même au-delà d'Hénin-Beaumont. Pour appuyer son affirmation qu'il s'agissait d'un débat politique au sein du FN, il a expliqué que "le FN tend à devenir un parti de gouvernement. Ce n’est plus un parti obscur. La question est sous-jacente dans le bureau politique entre les tenants de la ligne conservatrice sur le plan sociétal comme Jean-Marie Le Pen et des figures plus libérales sur les questions de société". 
Le maire d’Hénin-Beaumont et son compagnon ont également attaqué Michel Field pour un édito sur LCI, dans lequel il évoquait le débat sur la demande d’interdiction du livre. 
Les jugements ont été mis en délibéré au 8 juillet.

2 remarques :
- Steeve Briois souhaite que sa vie privée ne soit pas mise sur la place publique. Ses différentes plaintes sur le sujet ont, cependant, fait l'objet d'une couverture médiatique importante.
- C'est bien l'homophobe Jean-Marie Le Pen qui met en avant sa haine de l'homosexualité. Ses attaques récentes contre le numéro 2 du FN démontrent que le débat sur le sujet fait rage à l'intérieur du parti. A l'heure où une très large majorité de Français accepte la diversité des orientations sexuelles, il est curieux de constater que ce n'est pas le cas au sein du parti d'extrême droite...