lundi 23 janvier 2017

La primaire du PS et de ses alliés.

La primaire de la "Belle alliance populaire" (tiens, au fait, où mettons les majuscules sur ces 3 mots ? Pas grave, vous me direz, elle n'a vécu que le temps d'une élection...) : que dire qui n'ait pas été dit depuis hier soir ? Faut-il ouvrir sa g... quand on n'a rien à dire ? On peut toujours croire que tout le monde n'a pas tout entendu. Bref, je vais la faire courte, tout en essayant d'éviter les digressions...

- La victoire de Benoit Hamon arrive trop tard ou trop tôt. Trop tard, car c'est au Congrès de Reims, fin 2008, où elle fut élue Secrétaire nationale, que Martine Aubry aurait pu engager le PS vers une sociale-écologie novatrice et éviter la lente décadence du parti... Trop tôt, car il faudra bien qu'un jour (le plus tôt possible mais la droite sera passée par là, dans l'intervalle), l'écologie, avec ses implications sociales et économiques, devienne une évidence...
- Le succès probable de B. Hamon, dimanche prochain, servira-t-il à quelque chose ? A rien, s'il est candidat à la présidentielle, à côté de Mélenchon et Macron !  Il faudra dépasser les 25% pour être présent au second tour de cette élection. Or, aucun des 3 "ons" (Macron, Mélenchon, Hamon) ne peut, individuellement, faire mieux que le quatrième "on" (Fillon) ou M. Le Pen. Est-il envisageable que 2 des 3 "ons" se désistent en faveur du troisième ? Le sujet sera d'actualité à partir de dimanche soir prochain... Mais les ego des ons étant ce qu'ils sont...
- A défaut de candidat unique de la gauche (mais Macron déclare qu'il n'est ni de droite, ni de gauche...), celle-ci sera un champ de ruines... Le PS n'échappera pas à une fin style SFIO et une recomposition du genre PS Epinay mettra du temps. Hamon en sera-t-il le Mitterrand ? 
- Il est vrai que redonner un coup de neuf aux idées de générosité, d'égalité et de solidarité, à un moment où le repli sur soi, l'identitaire et le tout-sécuritaire font florès,  ne va pas de soi... Fillon et Le Pen (comme leurs acolytes, Poutine, Erdogan, Trump et compagnie) sont-ils un mal nécessaire ? 
Qui chantera un message d'espoir pour éclaircir notre horizon ?

dimanche 22 janvier 2017

Trump : avertissement sans frais pour la France !

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais, moi, j'appréhende cette année 2017...
Alors que 2016 nous avait déjà sidérés avec l'arrogance de Poutine, la "victoire" d'Assad, la marche vers la dictature d'Erdogan, la surprenante victoire de Trump et, en juin, le Brexit, 2017 pourrait être pire encore...
Je ne pense pas que M. Le Pen sera élue présidente en France... Néanmoins le duel annoncé, au second tour, avec Fillon, ne me réjouit guère: le programme de ce dernier est le signe d'une régression dans notre pays, certes pas à la hauteur de ce que serait l'arrivée du FN au pouvoir, mais quand même... On en vient à se dire que, si à la place de Fillon, il y avait un candidat plus lisse et moins enclin à faire reculer la France... A gauche, cela semble réglé : ni Mélenchon, ni le candidat sorti des urnes de la primaire de la "Belle alliance populaire" ne semble capable de pointer en seconde position à la présidentielle, même si l'un des deux se désistait en faveur de l'autre... Je sais bien que l'on parle beaucoup de l'émergence de Macron et que certains se prennent à penser que, finalement si Mélenchon et l'"Autre", constatant leur échec prévisible, faisaient fi de leurs égo respectifs, et se désistaient, dès avant le premier tour, en faveur de Macron, ce dernier devancerait aisément Fillon et nous offriraient ainsi une alternative moins stressante contre MLP... "Macron plutôt que Fillon", écrivais-je avant-hier... Cela signifierait, pour moi, de voter Macron, dès le premier tour, plutôt que Jadot... A réfléchir, car cela ne me convient pas, mais l'ai 3 mois pour me convaincre...

Hier, en Allemagne, invitée en "guest star", dans une réunion des partis européens d'extrême-droite, M. Le Pen se félicitait de la victoire de Trump... Si il y avait une seule raison en 2017 pour ne pas porter ces partis extrémistes au pouvoir (ceux d'Allemagne et des Pays-Bas attendent beaucoup des législatives, cette année, dans leurs pays), c'est bien cette référence au nouveau président US. Ce dernier, dès ses premières décisions prises hier, se révèle encore pire que le candidat Trump. Mettre à bas le programme établi, difficilement, par Obama, sur la transition énergétique parce que le réchauffement climatique, c'est de la foutaise, dépecer le système de santé (Obamacare) protégeant les plus démunis, parce que cela coûte trop cher, annoncer que "America first" signifie aux pays européens de se "démerder" tous seuls et, si possible, chacun de leur côté... tout cela est effrayant ! Cela n'est rien comparé à ce qu'il a annoncé pendant sa campagne et qu'il est bien décidé à mettre en oeuvre, comme, par exemple, les mesures contre les immigrés, sans parler de sa politique étrangère (rapprochement avec Poutine, fin de l'OTAN, pourtant protecteur des anciens pays communistes, politique dure à l'égard de la Chine, appui à Israël dans sa politique de colonisation...). Voilà ce qu'approuve et applaudit Marion (Marine) Le Pen et si, jusqu'à présent, on frémissait de terreur à l'idée qu'elle arrive au pouvoir, il devient, dès aujourd'hui, du devoir de chaque Républicain français d'avertir ses proches tentés par l'aventure frontiste, que, comme pour Trump, la plaisanterie a assez duré !
Je suis de ceux qui pensent que Trump ne finira pas son mandat : pas uniquement pour des raisons naturelles, mais aussi parce que les USA ont une procédure constitutionnelle permettant de mettre le holà à toute aventure qui ternirait l'image de démocratie, tellement présente chez les étatsuniens. Il s'agit de l' "impeachment", déjà utilisé, dans les années 70, pour destituer Nixon qui avait commis le crime de mentir à ses concitoyens. Dès 2017, l'aventure Trump pourrait commencer à se déliter... d'autant plus que, depuis hier, déjà, les femmes sont dans la rue pour dire ce qu'elles pensent du machisme éhonté de Trump.  Nous avons moins d'instruments juridiques que les USA pour "dégager" un président, aussi ne nous engageons pas dans une aventure identique. Nous le regretterions, comme d'autres pays européens, mais il sera trop tard pour faire machine arrière avant longtemps... 

samedi 21 janvier 2017

La bêtise frontiste à Hénin-Beaumont...

Ci-dessous, un texte de l'élu d'opposition, David Noël, narrant comment le Front national a décidé de ne pas réserver de place aux élus d'opposition pour la cérémonie des vœux du 29 janvier. Pire qu'un dictateur-autocrate ! Et dire que certains envisagent de voter pour des personnes qui foulent au pied la bienséance démocratique ! Je pense que, de tout ce qui a été fait de retors, jusqu'ici, par la municipalité frontiste, cette dernière attitude, mesquine, atteint le summum de la bêtise (pour rester poli !)...
Cela mériterait une remarque de la part du représentant de l'Etat, à diffuser auprès des habitants de la ville, qui sont à mille lieux de savoir ce dont est capable le Front National.

Petit clin d’œil aux conseillers de l'opposition: à quelque chose malheur est bon, ils ne seront pas obligés d'assister au show M. Le Pen...


Comme l'année dernière, les vœux du maire à la population auront lieu le dernier dimanche du mois de janvier, à l'Espace Mitterrand. Cette année, les vœux tomberont donc le 29 janvier.
La grande salle de l'Espace Mitterrand peut accueillir plus de 900 places assises.
Evidemment, un certain nombre de places sont réservées aux élus du conseil municipal, aux maires, parlementaires, conseillers départementaux ou régionaux qui ont annoncé leur venue ainsi qu'aux invités d'honneur. Marine Le Pen a annoncé sa venue. De fait, depuis l'élection de Steeve Briois, les vœux du maire se sont transformés en meeting du FN, payé par les contribuables...
Il y a quelques jours, Bruno Bilde (AA: le maire-bis) a demandé à Eugène Binaisse (AA: président du groupe d'opposition et ancien maire) combien d'élus du groupe d'opposition seront présents à la cérémonie pour les réservations de chaises. Etant six élus, ce n'est pas les six chaises (sur quelque 930 chaises) qui nous sont réservées qui vont poser un problème particulier au service des relations publiques qui gère le plan de salle. 
Eugène Binaisse n'a donc pas répondu à la question nulle et non avenue de Bruno Bilde. Le Conseil municipal compte 35 élus, le service des relations publiques doit installer 35 chaises dans la salle pour les conseillers municipaux, dont 6 pour les 6 élus d'opposition qui sont libres d'assister à la cérémonie ou de la boycotter s'ils le souhaitent sans être fliqués par Bruno Bilde. Auquel cas, il y aura effectivement une ou plusieurs places vides parmi les places réservées. C'est fait exprès ! Où est le problème ?
Vexé de ne pas avoir de réponse, Bruno Bilde a donc décrété, dans un mail adressé à Eugène Binaisse le 17 janvier dernier que les élus d'opposition n'auraient pas de place aux voeux du maire.
Au nom du groupe Agissons Unis pour Hénin-Beaumont, Eugène Binaisse s'est évidemment indigné des méthodes de Bruno Bilde et a répondu à l'adjoint d'extrême droite : "Il est protocolairement normal que vous réserviez automatiquement 6 places pour les élus du groupe non majoritaire. Le service dédié ne devrait même pas se poser la question. C'est une autre chose que de demander qui sera là (question à laquelle nous ne répondrons pas)."
Aux dernières nouvelles, Bruno Bilde maintient sa position et refuse de laisser la moindre place aux conseillers municipaux d'opposition en prétendant que le service des relations publiques ne peut plus modifier le plan de salle et qu'il n'a prévu aucune place pour les conseillers municipaux d'opposition...
La vie dans une ville FN est décidément surréaliste ! 
David NOËL

vendredi 20 janvier 2017

Scoop : je voterais plutôt Macron que Fillon face à Le Pen !

J'avais "commis" le post ci-dessous, le 31 août dernier. Depuis quelques semaines, il est visité plusieurs dizaines de fois par jour, allez savoir pourquoi... Bien sûr, il s'agissait d'humour (en allant sur la page, vous lirez, à travers les commentaires, que tout le monde ne l'a pas entendu ainsi...). 
Néanmoins, on peut s'interroger sur ce qu'il faut bien appeler "le phénomène Macron". 
Voilà un candidat inconnu il y a 18 mois, énarque, qui a travaillé chez Rothschild et dont on dit qu'il n'a pas de programme, qui se dit lui-même ni de droite, ni de gauche... Tout cela ne fait pas rêver, a priori... Et pourtant, il grimpe haut dans les sondages, même si ces derniers sont fortement décriés ces temps-ci, et si la presse, en général, en a fait son poulain..
Et l'on commence à supputer: si le candidat, désigné lors de la primaire de "La belle Alliance" (nom ridicule, entre nous soit dit...) est crédité d'un score inférieur à celui de Macron (toujours par ces sondages "mensongers"), si, donc, il se désistait en faveur de l'énarque Macron, dès avant le premier tour de la présidentielle, ce dernier, non seulement pourrait dépasser Fillon, mais, de plus, il devancerait M. Le Pen et gagnerait l'élection en sifflotant... Mais, pour prendre un exemple, voyez-vous Valls appeler à voter Macron ?
A bien y réfléchir, je préférerais voter Macron que Fillon, face à Le Pen, en mai prochain...


Quelques secrets sur Emmanuel Macron

Je pense que vous avez noté la formidable opération marketing de la démission de Macron. Dès hier matin, Nord Express (Belgique) l'annonçait, mais comme on sait que ce site est spécialisé dans les canulars, cela n'a pas suffit pour enflammer totalement la Toile. Mais quand Marianne s'est emparée de l'info, on s'est dit que, soit c'était un beau coup de Nord-Express, soit (et ce n'est pas incompatible), Marianne avait cru à l'info. Cette dernière fut corroborée dans les minutes qui suivirent. Du grand art ! D'autant plus que les médias s'y donnèrent à cœur joie multipliant interviews d'experts, tables rondes, exégèses, panégyriques sur la carrière d'E. Macron et tutti quanti... 

Question : comment un garçon, sans charisme particulier, sans expérience politique, un homme seul, de plus, peut-il déclencher une telle hystérie ? Je pense avoir une réponse : cet homme est juif et franc-maçon, ce qui lui a ouvert pas mal de portes.
Juif, cela parait impensable pour qui connait son parcours. Notamment, il a fréquenté le lycée La Providence, un établissement privé catholique d'Amiens fondé par la congrégation des jésuites. Mais, si mes sources sont bonnes, il est le fils d'un enfant caché, pendant la guerre, dans la région de Bagnères-de-Bigorre, où Emmanuel séjourne encore occasionnellement. Autre indice de la judéité de notre vedette : en septembre 2008, il se met en disponibilité de la fonction publique, et devient banquier d'affaires chez Rothschild & Cie, sur recommandation de 2 hommes qui ne cachent pas leur judéité, Jacques Attali et Serge Weinberg...
Bref, ce Marrane (du nom de ces juifs espagnols qui, dès le 15ème siècle, durent se convertir de force et continuèrent à pratiquer leur religion dans le secret) a su mener carrière grâce à sa foi secrète (qu'il n'a jamais confirmée) mais dont certains éminents dirigeants ont eu connaissance. Attention, il ne s'agit pas d'antisémitisme primaire de ma part, car une grande partie de son succès provient de sa culture et de son intelligence prouvée par ses titres universitaires et ses résultats dans la banque citée ci-dessus. 

Franc-maçon, disais-je... Attention, encore une fois, Macron ne l'a jamais avoué, mais je tiens l'information d'amis, francs-maçons eux-mêmes... Certains événements de sa vie privée posent question... Son mariage avec son professeur de français, 24 ans plus âgée que lui (il a 39 ans), riche famille de chocolatiers amiènois, très connus (excellents chocolats que les Francs-Maçons aiment s'échanger !), semble relever du mariage arrangé, prisé chez les francs-macs qui recrutent par cooptation. E. Macron réside au Touquet où les "Frères" aiment se réunir pour leurs "agapes fraternelles". Son amour de la musique (pendant dix ans, il a suivi des études de piano au conservatoire d'Amiens) est un indice supplémentaire de sa proximité avec les Frères...
De plus, le nom de son mouvement politique "En marche !" fait référence à la célèbre marche maçonnique. Il n'est pas anodin que son premier soutien fut Gérard Collomb, maire de Lyon et franc-maçon proclamé...

Sa connaissance des réseaux juifs et maçonniques expliquent, en partie, sa carrière. Quant à expliquer l’hystérie des médias sur le sujet...

http://alpernalain.blogspot.fr/2016/08/quelques-secrets-sur-emmanuel-macron.html

jeudi 19 janvier 2017

J'ai décidé d'apporter ma pierre à l'élaboration du programme FN (suite et fin)

Avant de terminer sur les derniers thèmes du tract de M. Le Pen en vue de l'élection présidentielle, je me demande s'il est bien joué de ne pas faire apparaître le nom du Front national. Certains, peut-être tentés par un vote en faveur de Madame Le Pen, pourraient se poser des questions sur cette volonté de cacher les références au FN. Comme si on avait peur d'exposer ce nom, certes sulfureux, mais qui est quand même la marque de fabrique du parti. J'ai bien peur que cela soit négatif pour ceux qui auraient l'intention de voter "Marine". "Là où il y a du flou, il y a un loup", dixit Martine Aubry...

5- Remettre en ordre notre économie en valorisant le travail, en encourageant l'initiative, l'innovation et l'investissement, tout en protégeant les plus vulnérables. 

Le contenu de ce thème est indigent et pourrait être repris par n'importe quel candidat, mais aucun n'oserait, tellement c'est creux ! Amis du FN, soyons concrets !
D'abord, la lutte contre le chômage devrait être privilégiée, or ce mot de "chômage" n'apparaît pas sur le tract ! Osons une formule du style : nous voulons que les chômeurs se prennent en main et pour cela, faisons comme en Angleterre : les allocations seront dégressives et, au bout de 18 mois, il n'y aura plus d'indemnisation. Dit d'une manière plus soft : "nous accompagnerons les chômeurs dans leur recherche d'emploi et nous garantirons un travail avant la fin de la période d'indemnisation, soit 18 mois. Pour une meilleure incitation, nous rendrons le montant des allocations dégressives, ce qui devrait renforcer la motivation". 
Pour encourager "l'innovation, l'innovation et l'investissement", nous diminuerons les charges sociales des entreprises de 50% et pendant les 2 premières années d'embauche d'un salarié au chômage, nous autoriserons qu'il soit payé un demi-smic, avec un retour progressif au smic complet dans un délai de 3 ans maximum. De plus, pour que les employeurs puissent se focaliser sur leur objectif principal (embaucher), nous mettrons en place un moratoire sur la représentation syndicale : pendant 5 ans, il n'y aura plus de comité d'entreprise, ni de délégués syndicaux. Nous reverrons la situation quand l'économie française tournera à plein régime.

6- Remettre en ordre notre pays par la reconquête des territoires perdus de la République, le démantèlement des réseaux de délinquants et l'éradication du fondamentalisme musulman.

Il faut être clair sur le sujet, il s'agit de :
* rétablir les travaux forcés pour les trafiquants. La Guyane française a une longue tradition en ce domaine et pourrait être, à nouveau, le lieu adéquat. Le voyage aller-retour sera payé par le forçat lui-même ou sa famille;
* le rétablissement de la peine de mort a déjà été évoqué, mais il faudra le marteler jusqu'à plus soif. En particulier, dans les banlieues, à l'encontre de ceux qui auront attaqué les forces de l'ordre;
* dans chaque lieu de culte musulman, la présence d'un policier permettra de connaître le contenu du prêche et copie du texte lui sera remis;
* il sera interdit à tout Musulman de porter une djellaba (voir plus haut) et le port d'une barbe d'une longueur de plus de 5 centimètres sera interdite. 

mercredi 18 janvier 2017

J'ai décidé d'apporter ma pierre à l'élaboration du programme FN (suite)

3- Remettre en ordre notre système social et de santé en refusant la mondialisation des prestations, en sauvant la Sécurité sociale et les retraites et en luttant contre les fraudes.

* refuser "la mondialisation des prestations". Il faut non seulement refuser la CMU aux immigrés présents sur le sol Français depuis moins de 10 ans, mais on ne doit pas rembourser les frais médicaux pour ceux qui ont un accident ou une maladie survenant à l'étranger (s'ils ont les moyens de partir, qu'ils assument).
 sauver la Sécurité sociale. Si on interdit le regroupement familial, on diminuera les dépenses de soins aux enfants de familles très prolifiques, par ailleurs. On devrait pouvoir instituer une franchise restant à charge des familles d'immigrés récents (moins de 10 ans) d'au minimum 30% des frais de santé.
* sauver les retraites. Les pensions de retraite ne pourront être dépensées qu'en France.
* lutter contre les fraudes. Il faudrait créer une sorte de milice de la sécurité sociale chargée de dépister les fraudes en matière de polygamie, de soins indûment remboursés aux femmes étrangères tentant de se faire "réparer" en France (en cas d'excision ou d’infibulation).

4- Remettre en ordre notre modèle de société en arrêtant l’immigration massive, en réaffirmant l’identité française et les valeurs de la République, la laïcité, l’égalité homme-femme, la fierté nationale.

* arrêter l'immigration massive. Le solde annuel des entrées/sorties des étrangers doit être fixé à 5000 personnes. Pour cela il faut, comme déjà dit, doubler le nombre de policiers et gendarmes, en affectant une partie de ceux-ci aux zones d'entrée du territoire. Ces forces de l'ordre spécialisées auront droit de vie et de mort sur ceux qui refusent les contrôles. Une mesure de rétorsion contre les pays qui laisseraient sortir trop de leurs ressortissants consisterait à leur envoyer une partie de nos incarcérés pour de longues peines (hors peine de mort). Cela ferait, d'ailleurs, de la place dans nos prisons surpeuplées.
* réaffirmer les valeurs de la République. Pourquoi ne pas citer la Fraternité ? Il faudrait organiser, chaque année, une "journée de la Fraternité" (ne pourraient y participer que les Français nés sur notre sol) et une "journée de l'Amitié entre les peuples" réservée aux étrangers et aux Français qui ne peuvent participer à la journée de la Fraternité.
Pour que la laïcité soit effective en France, il faut interdire tout communautarisme, et notamment celui de l'islam (et, en particulier, celui du fondamentalisme islamique). On ne soignera donc pas les femmes musulmanes qui ne veulent pas être suivies par un médecin de sexe masculin. Les piscines seront obligatoirement mixtes et les repas halal seront proscrits dans les cantines scolaires. Un ministère de l'immigration et de la laïcité sera créé pour mettre fin aux pratiques communautaristes et, notamment, aux pratiques vestimentaires non conformes aux habitudes françaises en la matière. 
La fierté nationale doit être magnifiée pour que l'identité française soit ancrée dans les esprits : ainsi, tous les matins, dans les établissements scolaires, tous les élèves devront assister au lever du drapeau national et chanter la Marseillaise. Il faudrait qu'à la fin du mandat cette pratique soit instituée dans toutes les administrations et collectivités publiques. Tout manquement serait sanctionné par la déchéance de la nationalité française ! 

A suivre

mardi 17 janvier 2017

J'ai décidé d'apporter ma pierre à l'élaboration du programme FN ! (suite)

Voici ce tract (recto-verso) distribué "toutes boîtes" et qui reprend les "engagements" de M. Le Pen.
Je me fais un grand honneur d'y apporter ma contribution, tant il manque de propositions concrètes, pour l'instant. Je serai flatté de retrouver mon modeste apport dans le programme détaillé du FN.

Tract remettre la France en ordre

Remettre la France en ordre en 5 ans (titre du tract),
En 5 ans  je m'engage à :

1- remettre en ordre l'Etat en lui redonnant son autorité, ses moyens (justice, police, défense) et en garantissant sur tout le territoire des services publics rénovés et performants.
AA : cela signifie :
- l'autorité : supprimer le poste de premier ministre dont les pouvoirs seront totalement exercés par le président de la République (comme l'a fait Poutine). Ne garder qu'une seule chambre parlementaire et limiter la possibilité donnée aux parlementaires de bloquer la machine à faire des lois: les textes devront être examinés en une seule séance d'au maximum une journée (quelques exceptions peuvent être prévues).
- la justice : pour que la politique judiciaire soit en conformité avec les souhaits du peuple, les magistrats seront nommés par le ministère de la justice. Ils seront, désormais, amovibles. Ils ne pourront être ni membres de certaines sectes comme la Franc-Maçonnerie (mais ils pourront être adhérents de Moon ou de l'Eglise de scientologie), ni pratiquant de la religion islamique (sauf exception). 
Un référendum aura lieu pour décider du rétablissement de la peine de mort. 
- la police : il faut doubler les effectifs de la police et de la gendarmerie et donner aux forces de l'ordre les moyens d'assurer la paix civile. L'état d'urgence, mis en place par le gouvernement précédent deviendra le droit commun. Policiers et gendarmes seront présumés en état de légitime défense. 
- la défense : la conscription redeviendra obligatoire. Les jeunes effectueront leur service militaire à partir de l'âge de 18 ans, pour une durée de 2 ans. Aucun sursis universitaire ne pourra être accordé. L'armée n'interviendra que dans des pays amis dont les pouvoirs en place sont remis en question. Elle pourra, bien entendu, être dépêchée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
- le statut des fonctionnaires sera soumis au référendum, pour savoir si les Français considèrent que les privilèges des fonctionnaires doivent être maintenus (notamment, l'emploi à vie). Le droit de grève, pour toutes les catégories de travailleurs, doit être strictement réglementé.

2- Remettre en ordre l'indépendance du pays en le libérant de la tutelle économique, monétaire, législative et territoriale de l'Union européenne.
Une fois encore, il ne faut pas avoir peur de ce thème emblématique. Pourquoi avoir supprimé cette référence directe à l'Europe sur le site "Marine Présidente" ? Il faut un Frexit, à négocier au plus vite (cela dure au moins 2 ans). Pour pouvoir retrouver notre indépendance, il faudra taxer les produits importés et ainsi financer notre agriculture (qui perdra les aides européennes). Nous devons sortir de l'Euro pour retrouver notre compétitivité à l'exportation, menacée par des mesures de rétorsion. Il faudra rejoindre l'AELE (Association européenne de libre-échange) pour continuer à bénéficier de l'abolition des droits de douane avec l'UE. C'est la première décision à prendre dès la victoire de mai prochain : sortie de l'UE et de l'Euro.

A suivre