dimanche 28 août 2016

Un peu d'humanité...

Ci-dessous un très beau texte écrit par quelqu'un qui a voulu se rendre compte de ce qui se passe à Calais et Grande-Synthe et y a séjourné quelques jours...


3 jours à Calais et Grande Synthe
3 jours, c’est pas le bout du monde
juste une goutte d’eau
juste assez pour être saisi à la gorge
pour ne pas en croire ses yeux
avaler la poussière
respirer la honte
au camp de la Linière à Grande Synthe
tout est aux normes
on peut faire pipi et se doucher en même temps
on dort dans du dur
on boit du thé du café
on mange
à calais c’est plus dur
on dort dans du mou
on fait pipi où on peut
c’est l’été une chance pas de boue
juste que le ramassage des poubelles ne passe qu’une fois par jour
une fois par jour pour 10000 personnes
une fois par jour sauf les jours fériés
à Grande Synthe on est en rang, bien aligné
à Calais c’est le chaos
à Grande Synthe j’ai froid dans le dos
malgré la dignité recherchée
je ne vois que des alignements
des hommes et des femmes parqués
qu’y a t-il à l’intérieur de ces cabanes en bois qu’on appelle des shelters ?
rien, des couvertures, un espace minuscule, pas de fenêtres
à Calais il y a une âme, celle de la créativité de chacun 
je n’en reviens pas de ces espaces de fortunes
pour tenter de dormir, pour manger, prier ou se faire couper les cheveux
à Calais il y a l’école du chemin des dunes
une bulle
j’y ai croisé Ahmed, Mohammed et Moussa
venus du Soudan, ils ont 20 ans
on a parlé français, appris les mots et les phrases clés
une goutte d’eau dans un océan de honte
à Grande Synthe j’ai croisé Schva, un kurde de Turquie
Schva et sa colère contre ceux qui n’ont pas la bonté dans le coeur
Schva et son frère qui vit en Angleterre
Schva le nerveux, au regard soit doux soit dur suivant les jours
à Calais j’ai croisé Brigitte et son mari de l’église évangéliste
elle vient chaque jour chercher du linge qu’elle lave chez elle
avant elle faisait les douches à domicile, 25 par jour
elle fête le nouvel an avec 33 réfugiés dans sa maison
elle aide pour les dossiers de demande d’asile
à Grande Synthe il y a des dames anglaises qui viennent chaque semaine apporter de la nourriture
à Calais il y a un restaurant pakistanais où je me suis régalée pour 5€ (allez-y les calaisiens vous y serez reçus comme des rois !)
à Grande Synthe il y a Fred, et son espace tea/coffee, le rdv des hommes, l’heure du tchaï, du sucré, l’endroit où on oublie qu’on est dans un camp, l’espace où on vit
à Grande Synthe il y a aussi Adriana l’américaine et cette belle égyptienne dont je n’ai pas noté le nom qui invitent à la conversation et au débat dans l’espace bibliothèque
une bulle comme à l’école de Calais 
il y a le women center, l’espace protégé des femmes, entre conversation massages et don de vêtements
à Calais et Grande Synthe il y a des bénévoles
qui font de leur mieux
des associations qui font de leur mieux - même si elles se tirent dans les pattes
un maire exemplaire et lumineux, Damien Carême
il y a des hommes qui déambulent, téléphone à la main
des femmes qu’on devine
des enfants qui jouent avec un bâton de sorcière
un spectacle de magie impromptu pour les faire rire
à Grande Synthe dans les kitchen
les portables sont branchés, même les sèche cheveux parfois
on écoute la musique du Kurdistan, Turc ou Irakien
ca parle du pays et ça vous arrache le coeur
À Grande Synthe il y a Bilal, 
Bilal et ses yeux gris vert et noisette, ses longs cils et son battement de paupières si doux
Il n’a pas 30 ans et il croit encore en l’Homme, il dit que nous voulons chacun la même chose dans notre coeur, une maison quelque part et être libre, il dit que la France est la reine de la démocratie mais que pour lui, le kurde irakien, c’est en Angleterre qu’il y a un avenir, parce que c’est maintenant, qu’il n’a pas le temps d’attendre les longs mois de paperasses pour une demande d’asile. Bilal me demande de lui parler de la France, de sa culture, des villes françaises. Bilal, son rêve c’est d’aller un jour à Roland Garros. Je le regarde et je vois la bonté.
Je le regarde et je me dis que dans une semaine, un mois, je ne saurai pas s’il est toujours dans ce camp ou s’il est passé sur l’autre rive, s’il est toujours vivant. 
Je le regarde et je vois ma honte, celle de mon pays, celle des hommes qui nous gouvernent, celle de cette France indignement reine de la démocratie.
A grande Synthe, l’Etat commence à démonter les shelters, dès qu’ils se libèrent.
On n’y comprend rien.
3 jours. Une goutte d’eau dans ce bout du monde.
Un océan de larmes quand je quitte le camp de la Linière. 
Je passe devant les CRS. Libre, je rentre chez moi.
Sur ce bord d’autoroute, j’ai laissé mon cœur en morceaux.


Florence Alpern (petite sœur d'Alain)

samedi 27 août 2016

France, ressaisis-toi !

Le Conseil d'Etat vient de mettre fin à une hérésie juridique en suspendant, hier, l'arrêté "anti-burkini" pris par le maire de Villeneuve-Loubet. On verra, par la suite, comment seront annulés ceux d'une trentaine de mairie de droite ou d'extrême-droite, mais le fait est que la décision du CE fera jurisprudence. 
Au-delà des considérations politiques (qui ont instrumenté les décisions des maires pour des raisons d'opportunisme électoraliste), notons que cette polémique a ridiculisé la France aux yeux de l'étranger. Je passe, donc, sur le fait que stigmatiser les rares personnes qui portent un burkini est d'une maladresse insigne !
Ce qui me paraît fondamental dans la décision du CE c'est la décision, claire, donnée de l'ordre public : les seules considérations admissibles pouvant légalement fonder une mesure de restriction des libertés, par la voie d’un arrêté municipal dans ce cas précis, sont des considérations de « bon accès au rivage, de sécurité de la baignade, d’hygiène et de décence sur la plage ». Il n’appartient pas au maire de se fonder sur d’autres considérations, le contexte national spécifique, dans lequel nous nous trouvons, d’émotions et d’inquiétudes qui résultent des attentats terroristes, ne suffit pas à justifier légalement une mesure d’interdiction.
Il s'agit de contenir la notion d’ordre public dans des limites bien précises, en vue de la préservation des droits et des libertés. Or, dans le cas des mairies ayant pris un arrêté, il n’y a aucun trouble à l’ordre public et elles n'avaient aucun élément à mettre en avant justifiant la mesure en cause. Les juristes savent combien une petite atteinte à une liberté peut très bien, demain, en entraîner une autre. Ici il s'agit d'une atteinte grave à la liberté en général, notamment à la liberté religieuse, puisque c'est le burkini qui était visé en tant que vêtement religieux. Plus généralement, c'est une atteinte à la liberté de se vêtir. On a suffisamment cité d'autres cas de vêtements intégraux (scaphandrier, maillot total contre les UV...) qui pouvaient également, un jour, être interdits, par assimilation. Autre dérive de ces arrêtés: leur dimension discriminatoire, car ils visaient les femmes musulmanes, exclusivement et pas les nonnes ou les femmes juives orthodoxes, par exemple.
On le voit bien, l'angle d'attaque c'est une religion précise, alors qu'il n'y a aucun lien entre cette dernière et les attentats terroristes, même si leurs auteurs se réclament d'elle. Le racisme anti-islam de l'extrême-droite fait tache d'huile, en suscitant des peurs faisant appel aux ressorts les plus vils de l’âme humaine. Il est grave que la droite surfe sur ces idées-là pour tenter de récupérer l'électorat du FN. Ce n'est pas de cette façon que l'on luttera contre le terrorisme.
L'Histoire nous a pourtant enseigné qu'ostraciser des personnes, tout en restreignant les libertés fondamentales, conduisait au pire. Il est temps de crier "halte là" à ceux qui veulent faire prospérer leur fond de commerce électoral, au mépris de la démocratie et des droits de l'Homme. 
Ceux qui attisent la braise des mauvais instincts des hommes seront responsables devant le tribunal de l'Histoire. En attendant, ceux qui n'y succombent pas doivent réagir par les moyens démocratiques à leur disposition : le droit et le bulletin de vote !









vendredi 26 août 2016

Français, emburkinisons-nous !


J'avais prévu d'aller à la rencontre de N Sarkozy (et du député-maire), en burkini, demain matin, au Forum des Jeunes Républicains au Touquet. Malheureusement, ma commande de maillot n'est pas arrivée et les recherches au marché de Clichy, hier, furent infructueuses. Il semblerait que les vendeurs de burkini soient dépassés par la demande. A mon avis, la mode du burkini va croissante et nos plages pourraient retrouver l'ambiance de la Belle Epoque (début du XXème siècle) où les Françaises revêtaient leurs plus beaux atours, à savoir des maillots de bains ressemblant diantrement aux burkinis. Il est vrai que la société était plus tolérante, alors qu'aujourd'hui... Dommage donc de ne pouvoir accueillir, emburkinisé,  Sarko, mais ce n'est que parti remise...

Voici 2 témoignages sur la tolérance que manifestent un peuple et un homme politique envers le burkini :
- le premier provient d'un ami israélien :
"Le Burkini est un symptôme et non la maladie qu'est l'islamisme . Dans les pays anglo-saxons et en Israel, à tort ou à raison, le vêtement qui cache plus ou moins complètement la femme musulmane est un non-problème de société. Sur les plages de Jaffa, à côté de Tel-Aviv, les femmes arabes israéliennes se baignent en adaptant la palette du vêtement de bain qui va du bikini au Burkini et très exceptionnellement on voit une femme se baignant toute habillée . (...)
Nous devons nous inspirer de l'exemple israélien . Grâce à ce "laisser faire " sociétale , dans la ville de Haifa composée pour moitié de juifs et d'arabes musulmans, on ne constate pratiquement pas, dans la jeune génération des 30-40 ans, de différences vestimentaires entre juifs et arabes . 
À telle enseigne que cette génération d'arabo-israéliens des villes sont critiqués par ceux minoritaires qui vivent dans les campagnes : "ils sont exactement comme la jeunesse juive de Tel-Aviv " . Injure suprême."


- Le second témoignage a été relaté sur un site connu, Le Gorafi :
"Le drame s’est joué ce matin au domicile privé du Premier ministre. En tirant le rideau de la douche, son épouse est alors tombée nez à nez avec Manuel Valls entièrement vêtu d’un burkini. Alertés par les hurlements de son épouse, voisins et enfants ont alors accouru, constatant l’horrible scène. Pour s’expliquer, le Premier ministre a assuré dans un premier temps qu’il ne « s’agissait pas de ce que vous pensez » tout en s’échappant par la fenêtre de l’appartement, enroulé dans le rideau de douche avant de disparaître dans une voiture de police.
Quelques minutes plus tard, Manuel Valls, normalement vêtu, a reçu journalistes et familles à Matignon et s’est expliqué. « Je voulais savoir que les femmes ressentaient quand elles portaient le burkini, je voulais ressentir la brûlure de cette oppression de l’islam radical sur ma propre peau » a-t-il affirmé, reconnaissant qu’il portait même parfois le burkini occasionnellement chez lui depuis plusieurs mois, parfois sous son costume, comme en ce moment. « Je ne voulais pas qu’on m’accuse de ne pas savoir de quoi je parle » a-t-il martelé."


jeudi 25 août 2016

Burkini, voile... et Sarko


- Escalade sur la Côte d’Azur. Après les premières contraventions pour port de burkini et port du voile, c’est un automobiliste qui a été verbalisé par la police municipale. Selon elle, l’homme écoutait du raï dans sa voiture et ce de manière ostentatoire.  
Karim n’en revient toujours pas. Ce jeune homme amenait sa sœur faire des courses en centre-ville. À un feu rouge, un policier municipal s’approche et lui fait la remarque sur la musique qui sort de son autoradio et lui adresse une contravention pour « écoute de musique ostentatoire sur la voie publique ». Plusieurs personnes assistent à la scène et certaines prennent le parti du policier et parlent de « courage », de « laïcité ». « C’est pas une musique qu’on écoute ici, pourquoi ils nous obligent à écouter ça, en plus sa sono était très forte » raconte une jeune femme encore apeurée. « On sait très bien comment ça commence, ça écoute du raï et ensuite ça part en Syrie, c’est prouvé, je l’ai lu sur internet » raconte un autre. (Le Gorafi 23/8)
AA : on ne sait rien de la perquisition au domicile du présumé délinquant, mais gageons que, devant le tribunal, un rappel à la loi lui sera infligé, ou une assignation à domicile avec interdiction d'écouter du raï...

- L’arrêté anti-burkini n’arrête pas de faire du bruit et cela a encore été le cas ce matin sur la plage de Nice. Une jeune sœur du couvent des Clarisses de Nice a été interpellée par la police nationale pour port d’une tenue « qui ne respecte pas les valeurs de la république ». Elle a alors été forcée à se déshabiller par les policiers. Une fois totalement nue, les policiers ont procédé à une fouille intégrale pendant plusieurs minutes avant de l’autoriser à quitter les lieux.
La jeune nonne a affirmé qu’elle était profondément choquée de la manière dont on traite aujourd’hui les femmes en France (Nord Presse 25/8)
AA  : c'est à dégoûter de prononcer ses vœux...

Ce matin, une jeune femme a été interpellée sur une plage de Cannes pour le port de son foulard. 2 policiers ont demandé à Lisa Shangerd d’enlever son foulard religieux, ce à quoi elle a répondu « ma religion c’est la chimiothérapie du con ».
Les policiers ont arrêté la jeune femme pour outrage à agent et ont indiqué dans leur rapport que la jeune femme faisait l’apologie de sa secte islamique la « chimiothérapie », surement une dissidence de l’Arabie (Nord Presse 25/8). 
AA : Les policiers ont été mutés et sont, maintenant, en faction devant l'hôpital de Cannes, avec interdiction d'interpeller les femmes "foulardées".

Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé officiellement dans son nouveau livre son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2017 et à la primaire de la droite, un sondage montre qu’une grande majorité de Français pensait que c’était déjà le cas.
Si l’on en croit les résultats de ce sondage, ils sont très exactement 98% à ne pas savoir que Nicolas Sarkozy n’était jusque là pas encore candidat. Parmi eux, 78% ignoraient que Nicolas Sarkozy avait arrêté la politique pendant quelque temps et plus d’un tiers (35% exactement) était même convaincu qu’il était toujours président de la République (Le Gorafi 23/8)
AA : selon ce sondage 102% des Français connaissent Nicolas Sarkozy (23% très bien, 48% bien, 31% un peu).

mercredi 24 août 2016

Confidentiel

Par le plus grand des hasards, je me trouverai au Touquet le week-end qui vient. Or savez-vous ce qu'il se passera dans la bonne ville de M. Fasquelle, député-maire et trésorier du parti Les Républicains ? Cette ville accueille le "Campus du Touquet des Jeunes Républicains"... Invité vedette, celui qui était encore, il y a quelques heures, président des Reps et qui vient de se déclarer, à la surprise générale (je plaisante, bien sûr), candidat à la présidence de la République, j'ai nommé : l'incroyable Monsieur Sarkozy... Le show, car, n'en doutons pas, ce sera un spectacle, débute samedi à 8h (un peu tôt pour des jeunes qui auront fait la "teuf", la veille ?) jusqu'à dimanche 14h, au Centre tennistique Pierre de Coubertin (en face du Palais des Congrès). Pourquoi je vous précise tout cela ? Parce que j'y serai et si vous souhaitez m'accompagner, je me sentirai moins seul...
Pourquoi je me rends à ce "meeting", alors que je ne porte pas aux nues le personnage Sarko ? Pour 2 raisons :
- j'ai dit, depuis fort longtemps, que je pressentais le second tour des présidentielles comme un duel Le Pen/droite. Or, pour moi, le moins pire des candidats de droite, c'est Juppé (relativement modéré, un brin écologiste, pas sécuritaire et ne court pas après le FN) dont je suis à peu près sûr que, s'il est élu, il ne concourra pas pour un second mandat, vu son âge... J'ai donc déjà fait part, ici même, que je voterai, aux primaires de la droite, pour le maire de Bordeaux, afin d'empêcher Sarko d'être choisi. Je fais campagne dans ce sens et j'espère que beaucoup de citoyens, même et surtout de gauche, me suivront dans cette démarche (attention, il faudra payer 2 euros pour participer à cette primaire !). Je vais donc au Touquet pour huer Sarko (si on me laisse la possibilité de le faire) et pour faire campagne pour Alain Juppé (j'essayerai d'installer un stand dans l'enceinte du centre). Je pressens des difficultés, d'autant plus que mon candidat favori ne sera vraisemblablement pas là, et c'est, pour cette raison, que je fais appel aux bonnes volontés...
- la seconde raison de ma présence est plus incongrue et je vous demande, pour des raisons évidentes, le plus grand des secrets... Vous le savez peut-être, la ville du Touquet a pris un arrêté pour interdire le burkini sur ses plages. Mesure complètement idiote parce que l'on a jamais vu et on ne verra jamais un burkini sur la plage du Touquet. Mais vous vous doutez bien que le maire a voulu faire parler de lui, lui le principal soutien de Sarkozy. Entre nous, il fait relativement frais au Touquet la plupart du temps, surtout à partir du mois de septembre et l'on aperçoit de singuliers accoutrements en bord de mer pour se protéger du vent, du froid et de la pluie et un burkini est certainement la meilleure façon de se vêtir si l'on veut profiter d'une des plus belles plages françaises. Donc arrêté opportuniste et populiste s'il en est. 
J'ai donc commandé un burkini chez Sana (voir sur Google) dont je vous livre le descriptif : maillot de bain intégral en lycra, composé de 3 pièces : pantalon (legging), haut (tunique), hijab assorti qui couvre parfaitement les cheveux et qui tient bien. Sa composition permet un confort agréable et une grande liberté de mouvement, légèreté et flexibilité, séchage rapide, protection UV. Matière : Lycra, tissu hydrofuge, Voile (80% Polyamide, 20 % élasthanne hydrofuge). Seul problème : il n'existe qu'en bleu marine, moi qui en voulait un en vert clair. Le coût de 65 euros n'étant pas trop prohibitif, j'ai opté, donc, pour ce modèle et j'espère être livré avant samedi. 
Je porterai ce "survêtement" ce week-end, au RV des jeunes Républicains... Remarquez que ce vêtement aura l'avantage de me protéger du soleil intense prévu, samedi et dimanche. On ne pourra me l'interdire puisque l'arrêté ne concerne que la plage... Le modèle étant assez "chou", j'espère obtenir un franc succès et, pourquoi pas, le porter, ensuite, à Hénin-Beaumont. Cela tombe bien puisque je dois me rendre, mardi, à la marie de cette ville pour y refaire mes papiers d'identité...

Vous comprendrez bien que je vous demande de ne pas divulguer ce qui précède, pour que l'effet de surprise soit total !


mardi 23 août 2016

Vous ne le sentez pas venir ?

A l'occasion de la prochaine élection présidentielle, pléthore de candidatures se profilent à gauche : Hollande, Hamon, Montebourg, Duflot, Lienemann, Filoche, Mélenchon... Cela dans des primaires ou hors primaires...
Croient-ils pouvoir se qualifier pour le second tour de cette élection où, pour le moment, Le Pen et la droite semblent survoler les sondages ? Chacun est persuadé être le sauveur de la gauche... 
Pour conjurer cette défaite annoncée, n'y aurait-il pas un candidat non lié au désastre de la gauche, politiquement situé au centre (centre-gauche de préférence), adhérent d'aucun parti ? Il va de soi qu'il doit être connu et susceptible de "draguer" des voix de droite... 
Cet oiseau rare existe-il ? Nicolas Hulot avait ce profil idéal, d'autant plus que la transition énergétique et la lutte contre les inégalités sociales sont 2 combats prioritaires...
Emmanuel Macron ne semble pas taillé (pour l'instant ?) pour cet exercice. Même s'il se déclare non socialiste et propose une image de modernité...
Alors ? Depuis 2 ans, on voit apparaître des sondages concernant... Dominique Straus-Kahn, essayant de nous démontrer qu'il est en tête des personnalités de gauche préférées des Français...
On peut estimer que ces sondages sont biaisés et peut-être s'agit-il d'une opération marketing afin de tester l'éventualité d'une candidature DSK. Il est vrai que des Balkany et autres Mellick font la preuve que les électeurs, quoiqu'ils en disent des "politiques pourris", n'en veulent pas à leurs élus condamnés... 
DSK le retour ? Certes, une majorité des femmes lui en veut toujours pour sa conduite, mais je connais des hommes admiratifs pour cet "animal du sexe" et prêts à lui pardonner des pratiques dont ils rêvent dans leur intimité... Je ne pense pas que l'ex-mari d'Anne Sinclair soit le bienvenu dans l'arène politique... Il est vrai que l'on se prend à rêver de ce qui se serait passé si l'affaire DSK n'avait pas eu lieu : il aurait probablement gagner la primaire et emporter l'élection de 2012 et serait peut-être en passe de renouveler son mandat... Nul doute que nous allons entendre parler d'une candidature de cet homme dans les prochains jours... Mais ce nouveau ballon d'essai risque de se dégonfler à nouveau !
Faudra-t-il se résoudre à un match Le Pen/ Sarko ou Juppé ?

lundi 22 août 2016

Rappel

Je censure les commentaires insultant à mon égard ou envers d'autres personnes.  Je suis d'autant plus à l'aise que la haine contenue dans ces messages est l'oeuvre d'anonymes qui n'ont même pas le courage de se dévoiler... Oser donc me reprocher la censure que j'exerce est stupéfiante de la part de ceux qui se laissent aller à des commentaires vils et haineux, sous couvert d'anonymat. On reconnait bien là leur lâcheté...